Acné

L’acné, premier motif de consultation en dermatologie, concerne 80 % des adolescents et 25 % des adultes. De nombreuses idées reçues existent  encore, notamment sur le soleil et l’alimentation

 Les androgènes stimulent l’activité de la glande sébacée (hyperséborrhée), mais à eux seuls ils ne peuvent tout expliquer. S’ils sont physiologiquement beaucoup plus élevés chez les hommes que chez les femmes hyperandrogéniques, tous les hommes ne souffrent pas d’acné. Il existe pour chaque individu une sensibilité propre de la glande sébacée aux androgènes, expliquant l’existence de « familles à acné ».

 L’hyperkératinisation du canal folliculaire (« bouchon corné »), qui contrarie, voire empêche l’élimination du sébum. Ainsi se forme un comédon ouvert si le bouchon corné affleure (« point noir ») ou fermé (« point blanc ») lorsque l’orifice est presque obturé.
Les acnés inflammatoires sont liées à la pullulation de Propionibacterium acnes, germe anaérobie saprophyte qui prolifère au sein du follicule pilo-sébacé (FPS) obstrué.

 . acnes libére des acides gras libres qui attirent les polynucléaires neutrophiles par chimiotactisme. L’action protéolytique aggrave le processus dedestruction de la paroi du FPS, déjà distendue derrière le bouchon corné, et libère du sérum dans le derme. Le sébum contient des triglycérides qui seront digérés en acides gras libres par P. acnes, aggravant l’inflammation. Le sébum contient également des cires et squalènes, qui sont irritantes et stimuleront l’apparition des comédons. Le cercle vicieux est en marche !

 L’acné n’est malgré tout pas une maladie infectieuse : d’où l’efficacité de l’antibiothérapie, qui joue un rôle avant tout anti-inflammatoire, alors qu’un nombre croissant de souches sont désormais résistantes (en 2015 : 75 % aux macrolides, 10-30 % aux cyclines, 40 % aux quinolones)

  des patients rapportent une amélioration de leur acné après exposition solaire, car les UV ont un effet anti-inflammatoire

 Une aggravation secondaire automnale survient souvent, expliquée par l’épaississement de la couche cornée sous l’effet des UV  

 L’acné retentit également sur la qualité de vie des patients via les cicatrices qu’elle peut laisser. Celles-ci peuvent survenir en moyenne 3 ans après le début des lésions. Le soleil peut pigmenter les cicatrices. : tétracyclines orales, peroxyde de benzoyle local, isotrétinoïne, trétinoïne.

 Si le traitement, local ou systémique, présente un risque de photosensibilisation, on préconise une administration vespérale, car elle diminuerait le risque de réaction photodéclenchée.

 L’utilisation d’un produit de toilette doux est recommandée, par exemple un « savon sans savon ». L’acné peut être aggravée par des produits cosmétiques ou d’hygiène trop détergents comme les savons (à l’origine de séborrhée réactionnelle) ou au contraire occlusifs (pommades et poudres

 Les produits alcoolisés ou antiseptiques, disponibles en supermarchés, sont inefficaces, irritants et/ou sensibilisants. De même pour les « masques », les « gommages » et « brosses ».

 L’application d’une émulsion ou crème hydratante est recommandée le matin afin d’améliorer la tolérance des traitements anti-acnéiques

 Une photoprotection est recommandée en cas d’exposition solaire, particulièrement chez les patients de phototypes foncés ayant un risque important de cicatrices pigmentées et/ou lors de l’utilisation de produits photosensibilisants ou irritants. On choisit une photoprotection à spectre large anti-UVA et anti-UVB, non comédogène

 De nombreux adolescents pensent que les aliments gras et le chocolat ont un rôle aggravant dans l’acné . Pire : 35 % des médecins généralistes donnaient des conseils d’éviction alimentaire en 2013  : sur les sucres (24 %), les graisses (26 %), le lait (5 %)…

Certes, une récente étude italienne évoquait un sur-risque d’acné à partir de 3 portions de laitages/semaine, à mettre absolument en balance avec la nécessité absolue d’augmenter les apports calciques quotidiens à 1 200 mg/j pour l’acquisition du pic de masse osseuse à l’adolescence

 Certaines études sur l’acné et le tabac sont contradictoires. le tabac comme le soleil sont à déconseiller

‎مؤخرة الموقع